Notre lettre aux décideurs

Voici notre lettre au Président de la République et au Ministre de la culture, telle que nous l’avons rédigée pour une publication dans l’ouvrage collectif « La noblesse du monde. 1959-2009 La politique culturelle en question(s) » avec le concours de la DRAC Rhône-Alpes.
Si vous êtes curieux, vous la retrouverez en fin d’ouvrage dans la partie Semailles

« Salut à toi
Le président de la république
Salut à toi,
Le ministre de la Culture,

Nous t’écrivons cette carte postale pour te raconter l’histoire de notre projet “Mais où va la culture !? ”. Une histoire de culture ! Une histoire politique, une histoire de rencontres, de prises de paroles et d’échanges. C’est avant tout une histoire citoyenne où le terme de démocratie prend tout son sens.

Tout a commencé avec des jeunes professionnels de la culture qui, lors d’une rencontre, prennent conscience qu’ils partagent les mêmes valeurs, les mêmes interrogations, leurs craintes, leurs idées, et surtout une vision et une utopie de la politique culturelle de demain :

Ils en sont venus à établir un appel, à la façon d’un manifeste !

Nous, jeunes professionnels œuvrant dans le domaine culturel ;

Considérant que l’art et la culture contribuent à penser une société en agissant sur les sphères sociales, éducatives, économiques, artistiques, et politiques ; et ont cette capacité à les interroger et remettre en cause leurs enjeux ;
 


Convaincus que l’art et la culture sont générateurs de liens par la construction de projets communs; favorisent l’échange, la prise en compte de la diversité, et construisent des identités à la fois individuelles et collectives ;
 


Convaincus que l’Etat a pour vocation de soutenir l’art et la culture, d’accompagner les acteurs dans la mise en œuvre de leur projet ;


Pour réfléchir à ces questions qui nous tenaient véritablement à cœur, notre souhait a été de créer des espaces de rencontres et d’échanges via la construction d’un blog participatif et des réunions ouvertes à tous abordant des thématiques fondamentales pour ré-inventer la politique culturelle.

À travers ces rencontres et débats, nous avons constaté avec joie que de nombreuses personnes ont envie de s’impliquer dans la réflexion; qu’il y a un véritable engouement pour produire de la pensée, du sens et des actions innovantes.

Cette démarche s’inscrit dans la continuité d’un militantisme renouvelé et d’un engagement politique dont nous sommes les héritiers.

Est-il encore nécessaire de préciser ce qui nous anime et fait de nous des professionnels passionnés ? Si nous travaillons avec tant d’énergie et de détermination, c’est bien parce que nous sommes convaincus que l’art et la culture sont essentiels.

Oui, Monsieur le président, oui, Monsieur le ministre, nous utilisons le mot “essentiel”. Car même si vos bilans chiffrés ne savent pas le retranscrire, nous sommes témoins chaque jour des sourires, des mots, des ressentis, des prises de conscience, des critiques, des réactions, des prises de positions, des sensations, autant d’expériences sensibles qui demeurent essentielles à la construction d’un bien être commun.

Malgré ces passions et ce constat extrêmement positif, nous ne pouvons pas taire nos inquiétudes et notre colère. Comment réagir autrement que par indignation face à vos choix politiques ? Nous vous parlons d’humain, vous nous parlez de rentabilité. Nous assistons à une baisse des crédits, à un remaniement des services publics qui fragilisent la mise en œuvre de nos projets. Nous constatons la précarisation des statuts professionnels. Nous recevons des demandes d’évaluation de moins en moins en adéquation avec nos réalités.

Tous ces exemples illustrent le manque de reconnaissance et d’intérêt que le politique porte à ce que nous défendons. Ce désengagement de l’État nous semble paradoxal à la réalité du terrain et au potentiel évident.

Que cherchez-vous Monsieur le président, que cherchez-vous Monsieur le ministre ? Que voulez-vous construire comme société ? Que faites-vous pour que les arts et la culture prennent la place qui leur revient ? Comment pouvez-vous penser que la culture se réduit à un simple outil d’intégration, d’accès à l’emploi, de lutte contre les discriminations, etc ? Doit-on encore affirmer que la culture crée du lien social et justifier son utilité ? N’est-ce pas plus qu’aujourd’hui une évidence ! À l’heure du cinquantième anniversaire du ministère de la culture, prenez conscience de la portée de ce propos : “la culture n’est pas seulement un secteur, mais une dimension de l’action publique, et qu’elle doit irriguer les autres champs de la société et les autres politiques”. 1 note de bas page

Monsieur le président, Monsieur le ministre, il y a tant de beaux projets, tant de professionnels engagés, de personnes qui ont envie de créer, de débattre, de travailler, d’innover, de construire une société libre, créatrice et citoyenne.

Nous vous interpellons pour la prise en compte de cette parole libre dans l’invention de la politique culturelle de demain.


Faites confiance à vos citoyens, aux professionnels et pensez avec nous une véritable politique culturelle qui nous re(a)ssemble!

l’équipe de “Mais où va la culture !? ”

Publicités

Une réponse à “Notre lettre aux décideurs

  1. bravo à tous pour cete lettre, pour vos temps d’echanges et de débats, pour cette ouverture à tous et la possibilité d’être participant… retrouver des espaces de reflexions est une priorité dans un monde d’action et de commerce. retrouver le temps de la sollicitation mentale!!!! pour ne pas finir atrophié. à bientot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s