Culture et politique

Le rapport entre culture et politique pose de nombreuses questions, voici celles qui ressortent de nos premières discussions. N’hésitez à pas à les enrichir !
 
Nos métiers sont fortement liés aux financements publics, et par là même aux politiques culturelles du territoire (national, régional, local…). En France, la politique culturelle, accélérée à l’échelle nationale par la création du ministère chargé des affaires culturelles en 1959, a permi un développement culturel sans précédent. Si aujourd’hui on constate un désengagement drastique du ministère de la Culture, les collectivités locales se sont depuis longtemps emparées de ces questions mais ne peuvent pas se substituer à l’Etat… Qu’en est-il aujourd’hui et comment structurer les choses ?
 
Quelles différences et quelles imbrications entre les stratégies culturelles défendues par l’Etat (national et déconcentré (directions régionales)) et les collectivités locales (régions, département, agglomérations, villes/communes) ?
Quelle est la réalité de la transversalité entre les financements, son avenir ?
(interministériel / coopération entre Etat et collectivités)
Quels sont les risques d’une trop grande territorialisation de la politique culturelle ? Les risques d’une dépendance vis-à-vis des pouvoirs locaux, plus fortement sujets à l’alternance politique ?
 
Valorisation du territoire, attractivité et rayonnement, vie locale… enjeux politiques de la culture et réalité des projets, comment consciller ces approches ?
Le politique prend-il en compte la réalité des projets culturels ? les politiques culturelles sont-elles toujours adaptées aux pratiques d’aujourd’hui ?
 
La qualité artistique n’est pas toujours proportionnelle au soutien politique d’une compagnie ou d’un artiste… La légitimité artistique passe-t-elle forcément par un soutien politique ?
Le rôle du ministère de la culture pourrait-il se réduire à une reconnaissance des « paires » – un label ? Qu’elles seraient les conséquences ?
 
Selon que l’on se place du point de vue du diffuseur (théâtre, salle de musique), de la compagnie ou de l’artiste indépendant, du musée, selon le degré de « légitimité »… les rapports avec l’institution ne sont pas les mêmes. Quelles sont vos remarques, attentes, propositions ?
 
Et vu d’ailleurs ? (liens vers documents dans la rubrique « Ressources »)
au Bénin (mot de la ligue des professionnels du Théâtre en mars 2009)
en Italie (article polémique d’Alessandro Baricco pour la fermeture des théâtres publics, paru en avril 2009 dans la Repubblica).
 
Par Anaïs

Publicités

8 réponses à “Culture et politique

  1. Mais où va la culture!?

    « La culture, projet d’avenir » , Le monde (février 2009)

    « Le ministère de la culture est né dans un temps où le monde libéral connaissait des limites techniques et idéologiques, où la mondialisation n’était pas une évidence. Ni le cinéma ni la littérature n’avaient besoin d’aide, un théâtre d’auteur pouvait fleurir dans le privé.

    Aujourd’hui, de nombreux domaines, et
    pas seulement de la culture, ne pourraient survivre sans la présence tutélaire de l’Etat. »

    Que pensez-vous du fait d’agir pour la survie d’un domaine artistique particulier ?
    Est-il sain, utile, normal de préserver des domaines artistiques qui trouvent aujourd’hui trop peu de publics pour s’auto-financer ?

  2. C’est hallucinant même affligeant ce que tu cites là Lucine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s